•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Salut à toi jeune entrepreneur ! x)

Il y a 3 ans, je n’y connaissais rien à la publicité Facebook et encore moins en faire.

Conscient de cette opportunité à ne pas louper en tant qu’entrepreneur, j’ai alors décidé de l’apprendre par moi-même.

Je m’appuyai alors, de quelques bons blogs sur lesquels me renseigner. 

J’ai lu leurs articles. 

J’ai téléchargé leurs guides.

Je me suis fais coacher. 

J’ai même suivi des formations payantes. 

Mais malgré cela, cela ne m’a pas empêché de faire des erreurs (parfois fatales) même avec des mois d’expériences.

Avec le temps, je me suis rendu compte que la majorité des entreprises qui débutait avec la pub Facebook ne dérogeait pas à la règle.

Et oui, la publicité Facebook est très accessible.

Une fois votre page Facebook créée et quelques dizaines d’euros à investir, votre campagne publicitaire est d’or et déjà prête à être sponsorisée.

Et c’est bien là le problème :  tout le monde y va, les yeux fermés sans savoir comment réellement s’y prendre.

En sachant qu’il n’y a personne pour vous dire ce qui ne va pas et ce qu’il faut faire…

Et les quelques connaissances en tête que vous possédez ne vous suffiront pas à y remédier.

Voici donc les plus grosses erreurs de débutant que j’ai commis lorsque j’ai commencé la publicité Facebook ; des erreurs que j’ai aussitôt corrigé chez mes clients et même celles chez d’autres annonceurs que j’ai pu trouvé sur Facebook.

Erreur #1 : Booster sa publication directement sur Facebook

C’est un moyen simple et rapide pour sponsoriser sa publication. En effet le processus est simplifié à l’extrême pour permettre à n’importe qui de le faire (donner de l’argent à Facebook) en quelques minutes à peine. 

C’est un bon moyen de commencer la pub Facebook et c’est l’alternative au gestionnaire de publicités Facebook (http://facebook.com/ads/manager) qui reste complexe à maîtriser pour toute personne qui la découvre pour la première fois.

Mais malheureusement ce bouton magique “Boostez la publication” a des inconvénients majeurs.

■  Les options de ciblages sont réduits (et oui, il y en a bien d’autres sur le gestionnaire de publicité Facebook).

Par exemple, vous ne pouvez pas créer une audience de retargeting si elle n’a pas été préalablement créée dans le gestionnaire de publicités Facebook.

Les options de placement sont plus limitées. Vous n’avez accès qu’au fil d’actualité sur  Facebook, Instagram ainsi que la boîte de réception Messenger.

C’est très peu en sachant que le gestionnaire de pub Facebook propose jusqu’à 18 placements publicitaires.

■   La personnalisation de la publicité est limitée, l’intégration et la modification de titre sont indisponible (ce sont les bandeaux que vous voyez sur le bas des publicités Facebook dans votre fil d’actualité) et c’est un gros problème pour vos campagnes en conversion. 

Même les options d’objectifs sont limitées : par exemple, impossible de mettre un objectif “Couverture” ou même “Ajout au panier”.

Bref, vous ne pouvez tout simplement pas concevoir LA publicité gagnante et vous perdez forcément de l’argent avec ce type de création simplifiée de publicités Facebook.

 ■  L’A/B Testing est impossible et c’est d‘ailleurs le plus gros inconvénient de ce bouton “Boostez la publication”. 

Segmenter, analyser et optimiser n’est pas possible avec ce type de publicités si vous n’utilisez pas le gestionnaire de pub Facebook. 

Si vous sponsorisez votre post Facebook directement avec le bouton “Boostez la publication” :

  • Vous ne pouvez PAS identifier quel type d’audience (=ciblages) est la plus réceptive et donc la plus rentable.
  • Vous ne pouvez PAS déterminer quel(s) élément(s) de votre publicité et de votre entonnoir de vente n’est pas performant.

L’optimisation de votre publicité devient donc impossible et vous vous retrouvez à injecter du budget sans réellement savoir si cela marche.

Erreur #2 : Utiliser un mauvais ciblage

J’ai personnellement fait cette erreur quand j’ai débuté la publicité Facebook mais j’ai constaté plusieurs fois, même trop de fois cette erreur sur les comptes publicitaires que j’ai pu analysé.

■   Mélanger les audiences

Si vous ne le savez pas déjà Facebook permet la création de 3 types d’audiences :

  • Audiences sauvegardées : Ce sont les audiences que vous créez vous-même et que vous  sauvegardez pour la réutiliser par la suite.
  • Audiences personnalisées : Il s’agit de l’option de ciblage proposé par Facebook pour re-cibler les personnes qui ont déjà inter-réagit avec votre entreprise. Par exemple, les visiteurs de votre site, les personnes qui ont téléchargées votre e-book ou encore vos clients existants.
  • Audiences similaires : Elles sont créées à partir d’une audience personnalisée existante. Vous demandez à Facebook de concevoir une audience qui propose des caractéristiques (socio-démographique, intérêts…) similaires à vos prospects / clients.

La grande erreur à ne pas commettre, c’est d’utiliser plusieurs de ces types d’audiences dans le même ensemble de publicités car vous ne pouvez  pas savoir qui est performant ou pas.

 Cette action est  problématique. Vous serez dans l’impasse pour identifier si l’une de vos audiences est assez mature ou non pour effectuer l’objectif (achat, inscription…) de votre publicité.

■  Grouper les audiences

C’est certainement l’erreur la plus flagrante que je vois lorsque j’analyse des comptes publicitaires de débutants et le regroupement d’audiences dans un même ensemble de publicités.

En effet, Facebook vous propose de cibler “chirurgicalement” vos clients-type (en affinant votre ciblage).

 Mais lorsque vous regroupez les audiences, repérer celles qui ne sont pas pertinentes et celles qui sont rentables devient quasi-impossible. 

Pensez donc bien à séparer vos audiences dans différents ensembles de publicités afin d’identifier les ciblages gagnants.

■  Oublier les exclusions

Celle-ci je l’ai fait de nombreuses fois.

Lorsque vous créez une campagne de conversion (pour vendre ou générer du leads) il est évident d’exclure les personnes qui ont déjà acheté votre produit.

C’est tellement évident.. Et pourtant, j’ai omis de respecter cette règle. Aujourd’hui, je peux vous dire que toutes ces fautes m’ont fait évolué et qu’elles ne font plus parties de mon parcours.

Prenons un exemple concret : j’ai téléchargé dernièrement un guide offert pour réussir ses appels à froid d’un spécialiste en prospection commerciale.

Normalement, une fois téléchargée, je ne devrai plus voir sa publicité. Mais ce n’était pas le cas, le lendemain je suis retombé aussitôt sur cette même pub. 

Un mois plus tard, je la voyais toujours dans mon fil d’actualité. Une erreur qui a dû coûter cher à ce spécialiste :

  •  dépenses budgétaires inutiles
  •   aucun résultat supplémentaire
  •  et surtout une fatigue de son audience. 

 Je traite justement ce dernier point dans le paragraphe suivant…

Erreur #3 : Mal paramétrer son pixel Facebook

C’est sans doute l’erreur la plus répandue parmi les annonceurs. 

Un pixel Facebook non ou mal paramétré entraîne l’impossibilité de suivre les conversions en ligne qui sont la base d’une campagne performante.

Dû en raison d’une incompréhension de son utilité ou d’une difficulté à l’installer sur un site web, le pixel Facebook est très souvent négligé alors que sa devrait être la première étape à faire lorsque vous commencez à faire de la publicité sur Facebook.

Mais qu’est-ce que c’est le pixel Facebook ? 

Il s’agit d’un petit bout de code à intégrer à votre site web (ou application) afin que Facebook enregistre tous les types d’ interaction sur celui-ci. 

Il facilite également le lien entre les différentes données publicitaires et permet à l’algorithme Facebook d’automatiser la génération d’objectifs (achat en ligne, inscription, trafic…).

■   Ne pas installer son pixel Facebook (l’erreur à 100.000$) 

Si vous n’avez pas de pixel encore installé, je vous invite fortement à le faire.

Sans pixel, l’algorithme Facebook est comme une voiture sans moteur, il fait du surplace et ne fonctionne pas comme ce pourquoi il a été conçu. 

Dans cette illustration, le carburant peut quand à lui être représenté par les données que génèrent les internautes avec votre publicité et votre site.

La grosse différence avec l’exemple de la voiture et le pixel, c’est que dans le cas du pixel Facebook, le « réservoir à carburant » possède une capacité illimitée et plus il y a de carburant dans le réservoir plus la voiture va vite (plus le pixel et l’algorithme fonctionnent bien).

J’espère vous avoir bien expliqué l’utilité de pixel Facebook. A présent, voyons comment l’installer concrètement dans le cas d’un site WordPress (la majorité des sites web dans le monde).

Voici la façon la plus simple et la plus rapide pour le mettre en place :

  • Créer votre pixel dans le gestionnaire de publicités Facebook
  • Récupérer le code généré
  • Installer le plugin « Header and footer injection » 
  • Coller le code dans la section « header », puis enregistrer
  • Vérifier la correspondance des données via le suivi en temps réel des événements dans votre gestionnaire de publicité Facebook

■  Ne pas définir ses événements de conversion 

Super ! Vous avez bien un pixel installé et fonctionnel ? 

Maintenant,  vous pouvez et devez paramétrer vos événements de conversion ou dit autrement vos objectifs en ligne.

De nombreux business modèles ont besoin de ce type d’événement que l’on qualifie de personnalisé pour atteindre leurs objectifs sur le web.

Prenons un autre exemple pour y voir plus claire :  imaginons que vous êtes un gérant d’une agence immobilière spécialisée dans la promotion de biens immobiliers.

Votre objectif final sera d’avoir une signature de bail (lorsqu’un particulier autorise une agence à vendre son bien), mais avant cela il est impératif de déterminer les sous-objectifs en ligne pour pouvoir atteindre cet objectif final.

(SECRET) En effet, je vais vous donner à travers cette exemple, une astuce stratégique exclusive dans ce cas précis pour maximiser le nombre de signatures de bail.

Au lieu de faire comme toutes les agences immobilières : c’est à dire avoir 12 pubs du type “F2 avec vue imprenable sur l’Anse Vata à louer” qui tournent en même temps sur Facebook avec un appel à l’action « Envoyer un message » ou « Trafic vers le site web » pour 0 conversion mesurable (je vois déjà leur catalogue d’annonces de biens à rallonge…).

1/ Regrouper plutôt vos biens situés dans un quartier précis dans un catalogue numérique que vous proposerez en téléchargement sur une landing page contre email et + (page web optimisé pour un seul objectif).

2/ Créer une campagne de conversion pour obtenir des téléchargements, donc des leads.

3/ Faîtes maturer vos leads avant de les transmettre à votre équipe commercial.

En procédant comme cela, vous venez de créer un sous-objectif : “Téléchargement de catalogue”. 

En effet si des gens téléchargent votre catalogue c’est forcément qu’ils recherche un bien dans le quartier en question. Et vous en avez !

Jackpot !

C’est pas super ça ? Pourtant je ne vois absolument aucune agence qui le fait dans ma région (Big up à mes clients qui le font déjà).

Bon il reste encore du boulot pour arriver à le faire signer en agence.

Suite à cela, votre 2ème sous-objectif sera sûrement d’obtenir une “ Prise de rendez-vous physique”.

Pour ce faire, vous devez créer une seconde landing page pour réserver un rendez-vous avec un conseiller (=commercial). 

Si vous m’avez suivi jusqu’ici, vous devez vous poser pour les plus perspicaces la question suivant : Comment attirer du trafic qualifié sur ma seconde landing page ?

On a déjà fait la moitié du boulot avec le 1er sous objectif en obtenant des leads qualifié de manière automatique.

Le but est donc à ce stade de rediriger l’ensemble de ces leads sur cette deuxième landing page avec des appels à l’action dans le catalogue, en retargeting, en séquence email…

Bref, vous avez l’embarras du choix avec cette stratégie, a vous de tester et d’observer quel est la méthode qui vous correspond le mieux.

A présent vous savez exactement où va votre argent et combien cela vous rapportera.

Vous comprenez à présent l’utilité de cette fonctionnalité Facebook ?

Cool ! Maintenant nous allons paramétrer en direct un événement de conversion personnalisé dans votre gestionnaire de publicité Facebook.

Erreur #4 : Fatiguer son audience

Souvent négligée par les annonceurs qui débutent, la communication sur Facebook doit rester impactante et vos publicités doivent être visionnées  par une personne de façon raisonnable en fonction des objectifs et des cibles.

En effet, j’ai personnellement analysé des comptes publicitaires de clients qui possédaient jusqu’à une répétition de 10 (1 personne voit 10 fois la même publicité) sur une période réduite, autant dire qu’ils balançaient du budget par la fenêtre. 

Nous allons donc voir comment vous pouvez optimiser votre budget de manière conséquente avec ses quelques astuces :

■   Ne pas analyser la métrique “Répétition”

Il faut bien comprendre que Facebook est avant tout un réseau social, les gens ne se connectent pas pour acheter.

Quand vous voyez une pub sur Facebook vous ne l’avez pas demandé.

C’est donc normal qu’à force de voir trop souvent une même pub on finit par s’énerver, on l’ignore donc voir on la masque ou même on la signale.

Il faut donc bien comprendre que la métrique “Répétition” doit  être incluse dans votre tableau de métriques du gestionnaire de publicités Facebook pour éviter toute surexposition de vos publicités.

Elle vous permet notamment de comprendre pourquoi vos résultats publicitaires ne sont pas satisfaisants mais également d’identifier des problèmes d’exposition et de conversion.

De façon générale, il n’est pas recommandé de limiter le nombre de répétitions, Facebook optimise automatiquement vos impressions, mais il arrive que ce dernier fait défaut parfois ou que vos paramètres de diffusion soient mal paramétrés.

Il faut donc toujours avoir un oeil là-dessus pour ne pas se faire surprendre et dépenser son budget pour rien.

Le seul cas où il est fortement recommandé voir obligatoire de limiter le nombre d’impressions par personne c’est lorsque vous créez une campagne avec un objectif de “couverture”.

 Être redondant dans ses publicités

Sans doute l’erreur la plus grave que je vois sur Facebook et celle-ci.

C’est souvent le cas des petites PME/TPE qui se lancent sur Facebook et qui sont à la recherche de “J’aime”, “Commentaire” et “Partage” au lieu de leur objectif principal qui est de vendre dans la majorité des cas..

Ils laissent donc tourner leurs publicités en objectif “interactions” pendant plusieurs mois.  J’’ai même vu des pubs qui tournent toujours alors qu’elle datent de l’année dernière… 

C’est juste incroyable de voir cela quand on est marketeur, de voir tout ce budget publicitaire qui est gaspillé, on a juste envie de lui dire “arrête la publicité tout de suite et forme-toi”.

Bon, il s’agit heureusement de cas exceptionnel !

Comme décrit plus haut, la base d’une publicité Facebook est de toujours captiver l’attention de manière régulière pour s’assurer de bonnes performances publicitaires. 

Si les gens ne font pas attention à votre pub, ils ne cliquent pas et n’achètent tout simplement pas.

En effet, il faut se rappeler que vous donner de l’argent à Facebook pour avoir de l’attention de vos cibles pour les faire passer à l’action. 

Voici donc mes astuces pour toujours avoir des publicités impactantes et qui convertissent :

  • Revoir vos publicités au minimum une fois par mois. Trouver de nouveaux titres, accroches, descriptions et images et revoir même votre offre.
  • Tester constamment de nouvelles audiences. Cela peut se révéler chronophage et très technique, mais cela est indispensable.

Erreur #5 : Analyser les mauvais indicateurs

Quand vous faites de la publicité sur Facebook, il est indispensable d’analyser vos résultats pour optimiser vos campagnes.

Malheureusement, de nombreux annonceurs débutants n’analysent pas les bons indicateurs ou encore pire, oublient totalement cette phase d’analyse et d’optimisation.

Aujourd’hui il est possible de mesurer un peu près toutes les interactions que les internautes ont avec votre publicité grâce à votre pixel Facebook contrairement aux médias traditionnels (Pub à la télévision, radios, flyers…).

J’insiste là-dessus car c’est là où la plupart des chefs d’entreprises qui font de la publicité se plantent.

■   Ne pas connaître les indicateurs à suivre et optimiser

Une maladresse que beaucoup d’entreprises font est de ne pas connaître à l’avance quels seront les indicateurs de performances à suivre.

La publicité sert simplement à faire avancer un prospect dans un cycle de vente et rien de plus (en tout cas sur des campagnes de conversion) !

Vous devez donc connaître parfaitement votre objectif final ainsi que toutes les étapes qui en découlent.

Par exemple, imaginons que vous gérez une entreprise de menuiserie aluminium. 

La première étape est d’identifier les différentes phases du cycle d’achat :

  • Découverte de votre offre en ligne
  • Visite sur le site web pour en savoir plus
  • Demande de devis ou de rendez-vous avec un conseiller
  • Achat en magasin

Les principaux indicateurs de performance  à suivre seront donc respectivement :

  • Les impressions, la portée, la répétition, le taux d’interactions (j’aime, commentaires…) et le niveau de qualité de votre pub.
  • Le nombre de clics et son coût moyen ainsi que le taux de clics vers votre site web
  • Le nombre d’inscription/conversion sur votre site
  • Le nombre de ses prospects qui conclut une vente en magasin

Mise à part le dernier indicateur qui se fait en interne par l’équipe commerciale, tous les autres sont directement visible et optimisable dans votre gestionnaire de pub Facebook.

A présent vous êtes en capacité de comprendre à quel étape de votre cycle il y a un problème et comment l’optimiser pour augmenter vos performances.

■  Utilisation d’un mauvais tableau de métriques

Vous utilisez sûrement (pour les moins aguerris) à l’heure où je vous parle les colonnes de métriques prédéfinis que vous propose Facebook n’est -ce -pas ? 

Ou peut-être que vous avez essayé d’en créer un, mais vous vous êtes perdus parmi les centaines d’indicateurs que Facebook met à votre disposition ?

Certains ne jurent que par le CPM (coût par mille impressions) et le CPC (coût par clic) lors de leur analyse.

C’est d’ailleurs les métriques que je regardais beaucoup au début (par erreur).

Je regardais sans cesse le CPC et j’optimisais mes publicités uniquement par rapport à cela. 

Malheureusement, ces métriques ne veulent parfois rien dire s’ils ne sont pas analyser globalement avec d’autres métriques.

Pour rappel, Facebook vous propose normalement les colonnes prédéfinies : “Configuration”, “Diffusion”, “Engagement”, “Performance et clics” … etc qui sont directement disponible dans votre gestionnaire de publicités Facebook.

Le problème avec ces colonnes ou tableaux de métriques c’est qu’ils sont mal optimisés avec des données inutiles et d’autres manquantes.

Je vous invite donc si vous n’avez pas encore votre colonne de métriques personnalisée à le créer tout de suite.

Voici celles que je vous conseille de regarder en priorité :

Le coût par action : Il dépend de l’objectif de votre campagne.

Si vous faites des campagnes de conversion (pour vendre ou générer des prospects) alors on parlera de coût par conversion (= achat ou lead).

Si vous faites des campagnes d’engagement (mentions j’aime, commentaires, partages), on parlera de coût par engagement.

Le CTR (taux de clic) : c’est le nombre de clics divisé par le nombre d’impressions.

Il est un indicateur de la qualité de votre annonce.

Si les gens cliquent dessus, vous pouvez être sûr d’une chose : vous avez réussi votre ciblage ou votre annonce est très bien réussie ! En dessous de 1%, c’est un signe que votre annonce ne résonne pas bien avec votre audience.

Le score de pertinence : cette métrique évalue à quel point votre publicité est pertinente pour votre audience cible.

Le score de pertinence est compris entre 1 et 10. Plus vous êtes proche de 10, au mieux.

S’il est trop bas, cela veut dire que votre publicité n’est pas pertinente. Il peut s’agir de la publicité en elle-même ou de l’audience cible.

La fréquence : elle indique en moyenne combien de fois vos publicités sont vues par votre audience.

Si vous êtes au-dessus de 3 ou 4, cela veut dire que les gens voient vos publicités trop souvent et n’y prêtent plus attention. C’est pour ça que vous devez constamment tester de nouvelles images et accroches.

Par exemple, si vous avez un CTR de 3% et bon score de pertinence (> 7), mais que votre coût par action est anormalement haut, alors il est possible que le problème vienne de la landing page elle-même (manque de continuité avec votre publicité, proposition de valeur pas claire, trop d’options, la page est trop lente à charger, etc.).

Erreur #6 : Négliger le retargeting

Vous avez sans doute déjà entendu ce terme marketing ailleurs n’est ce pas ? 

Il s’agit ni plus ni moins de la fonctionnalité la plus puissante jamais inventé par Facebook. 

Sans retargeting; de nombreuses stratégies d’acquisition et de conversion deviennent obsolètes.

Et oui ! Il faut savoir que les campagnes de retargeting est de loin le type de campagne Facebook le plus rentable, avec lequel vous obtiendrez les meilleurs ROI (retour sur investissement).

Mais qu’est ce que c’est exactement le retargeting ?

Rien de bien compliqué je vous l’assure, cela consiste simplement à cibler via des publicités personnalisées des personnes qui ont déjà interagies avec votre entreprise (visite sur le site web, vue de vidéo, mention j’aime, inscription sur votre landing page…).

Bien évidemment dans la pratique une campagne de retargeting performante est bien plus complexe à mettre en place.

Nous allons justement voir les règles pour une campagne de retargeting efficace.

■   Ne pas utiliser les audiences de retargeting

Nous avons vu plus haut l’importance du retargeting et pourquoi il s’agit du levier de croissance le plus important pour votre entreprise.

Mais comment utiliser de manière performante ces campagnes de retargeting ? 

Avant de penser publicité et campagne  il faut penser stratégie, il est impératif de savoir dans quelle stratégie s’inscrit votre campagne de retargeting.

Prenons l’exemple d’une entreprise de terrassement, que j’ai personnellement accompagné : notre objectif était de générer des demandes de devis en magasin.

La première phase était plutôt une phase de réflexion afin de déterminer l’audience de retargeting idéale. La première question que je me suis donc poser est la suivante :  “Quel type d’interaction qualifierait mon prospect tout au long de mon funnel ?”

Voici les étapes de mon funnel que j’avais donc défini :

  1. Interaction avec la publicité
  2. Clic sur le CTA (call to action) de la publicité
  3. Inscription sur la page de capture
  4. Visite en magasin
  5. Demande de devis
  6. Vente

J’avais donc 2 audiences de retargeting : “Engagement avec la publicité”  (étape 1 et 2) et “Téléchargement de coupon” (étape 3). 

La stratégie consistait à qualifier le prospect jusqu’à la visite en point de vente après quoi l’équipe commerciale s’occuperait de la qualification jusqu’à la demande de devis puis la vente.

Une fois les audiences de retargeting établies et alimentées 24/24h, je n’avais qu’à re-cibler toutes les personnes qui s’étaient inscrites à l’étape n°3 avec une publicité qui poussait les gens à venir utiliser leur coupon en magasin.

Les performances obtenues avec l’audience de retargeting “Téléchargement de coupon” étaient meilleures parmi toutes les audiences que j’avais créé. 

Au final nous avons enregistré des dizaines de devis avec un panier moyen à 1.000.000 F CFP (=8300€), très très belle campagne. 🙂  

Pour résumer, l’utilisation du retargeting est indispensable aujourd’hui et si elle est bien employée vous vous garantirez des ventes supplémentaires avec un coût d’acquisition minimale.

■   Ne pas avoir de stratégie de maturation

Je parle tout le temps de tunnel de vente et de stratégie de retargeting… Mais savez-vous quelle méthode vous permet d’avoir des publicités issues du retargeting qui fonctionne ? 

Vous l’aurez deviné avec le titre de cette partie, il vous faut une stratégie de maturation !

Si vous m’avez lu jusqu’ici, vous avez normalement vu l‘exemple de stratégies de retargeting que je vous ai exposé dans la partie précédente ? 

Je vous ai notamment expliqué rapidement les différentes étapes de mon tunnel de vente et comment je m’y prenais pour faire passer un prospect qui me découvre à un futur client qui se rend en point de vente physique et achète mes produits. 

La stratégie de maturation consiste justement à cela ! 

Elle vous permet d’expliquer à chaque étape de votre tunnel de vente , pourquoi votre prospect effectuera l’action que vous souhaitez obtenir de sa part ?

Sans stratégie de maturation = Audience de retargeting – Publicité adaptée  

Ce qui équivaut à faire de la pub en adressant à votre cible le mauvais message, vous en conviendrez que c’est une erreur considérable.

Mais pourtant de nombreux annonceurs font cette erreur encore trop peu connue.

Cela revient au final à n’avoir ou peu de qualifications avec des performances publicitaires considérablement réduites.

Conclusion :

Si vous débutez en publicités Facebook,  il est fondamental de se former un minimum pour ne pas faire des erreurs qui vous coûteront chères par la suite.

Dans cet article,  je vous ai énuméré et expliqué comment éviter les 6 principales erreurs de débutant que je vois le plus fréquemment en publicités Facebook.

Tout d’abord vous ne devez jamais utiliser la “boost” de publication sur Facebook en raison des limitations techniques trop contraignantes.

Vos ciblages ou audiences doivent être adaptés en fonction de votre publicité, ne mélanger pas les différents types d’audiences et n’oubliez pas les exclusions pour ne pas dépenser du budget dans le vide.

Sans doute le plus indispensable à votre réussitei, un pixel Facebook doit être impérativement installé sur votre site web et les différents événements de conversions personnalisés dont vous avez besoin devront être paramétrés.

Il est également important de ne pas “fatiguer” vos audiences pour ne pas nuire à votre notoriété et donner  de l’argent gratuitement à Facebook.  

Pensez donc à bien  changer régulièrement vos publicités avec un nouveau message et bien suivi de  l’indicateur “Répétition”.

D’autres indicateurs doivent pareillement apparaître dans votre colonne de métriques,  faire l’objet d’une attention et d’une analyse particulière de votre part, sans quoi, l’optimisation de votre publicité devient impossible et ou erronée.. 

Et pour finir, ne négligez pas les audiences de retargeting et votre stratégie de maturation qui vous permettront de donner un élan phénoménal à votre business.  

J’espère que cet article vous a permis d’y voir plus clair et même de vous rendre compte des erreurs que vous faites actuellement.

N’hésitez pas à me donner votre avis ou poser vos questions en commentaire !

A très vite de l’autre côté !